NOS PARTENAIRES






Actualites du Site

                          Chronique                                                          

                                                                         

                 

        

                                                                                       

                                 

 

 

 

 

                  

      Faut-il continuer de soutenir des actions de Solidarité Internationale comme celle du GADD au Burkina Faso ?
Nous savons que "aider les étrangers alors qu'il y a tant de problèmes chez nous ..." est une idée très couramment partagée ce qui suppose que « toutes » ces aides s’arrêtent.

La question se pose de plus en plus fortement avec l’afflux massif de migrants venant d’Irak et de Syrie frappant en Grèce aux portes de l’Europe.
Ces populations fuient les guerres et les massacres de civils, conséquence des interventions décidées par nos dirigeants dans le Moyen Orient.

La migration des populations d’Afrique est d’une autre nature.
Est-il possible de dire, comme certains de nos dirigeants, que l'exil pour des raisons économiques est inacceptable, et, en même temps refuser d’ accorder une aide à ces populations, de leur tendre la main, comme si il fallait qu’elles se résignent à avoir faim, à ne pas avoir l’espoir d’une vie meilleure pour leurs enfants ?

Les adhérents du GADD affirment que cette solidarité, humainement importante, est aussi politiquement indispensable, si nous voulons éviter un avenir encore plus sombre pour l’Europe, avec d’autres cohortes de migrants venant de l'Afrique subsaharienne qui savent maintenant qu'ici on vit mieux, beaucoup mieux, que là bas.

Nous ne voulons pas, nous ne pouvons pas, les recevoir ?
Au moins aidons-les à améliorer leur vie quotidienne, chez eux, donnons leur une raison supplémentaire de ne pas s'exiler.

Le travail entrepris avec le GADD dans les villages que nous soutenons donne des résultats encourageants : il montre que les paysans peuvent devenir, si on les aide, acteurs de leur développement.

Mais il nous faut redoubler d’efforts si nous voulons convaincre les dirigeants et les autres acteurs internationaux disposant de moyens financiers importants que des solutions existent pour améliorer la vie quotidienne des populations : que tous puissent au moins boire et manger tous les jours, se soigner et apprendre, pour sortir de la très grande précarité.

Participez à la diffusion des informations sur les réalités quotidiennes que vivent ces populations, sur les valeurs que nous portons et sur les actions que nous menons qui aident à combattre tous les extrémismes…

Participez à la diffusion des informations sur les réalités quotidiennes que vivent ces populations,  sur  les  valeurs que nous portons et sur  les actions que nous menons qui aident à combattre tous les extrémismes…

 

Haut de page